Centre d'Étude des Arts Contemporains


Œuvrer à plusieurs. Recherches sur les collaborations entre artistes

Programme dirigé par Séverine Bridoux-Michel, Véronique Goudinoux et Véronique Perruchon

Débuté en 2014, ce programme pluridisciplinaire (ouvert aux chercheurs en arts plastiques, théâtre, danse, musique, cinéma et architecture) étudie les collaborations et pratiques de co-création contemporaines initiées par des artistes contemporains. A partir de 2017, il s’est ouvert aux collaborations entre artistes et chercheurs des sciences dites « dures ». 

Si travailler ou créer à plusieurs n'est pas un phénomène nouveau dans les champs artistiques et architecturaux, on observe cependant qu’en tant qu’objet de réflexion, la question de la collaboration (dite aussi de co-création ou de coopération) reste toujours à (re)définir, compte tenu notamment de l’émergence de modes d’exercices innovants. Ce programme envisage cette question comme cadre possible d’exploration dans les différents domaines de l’architecture et de l’art contemporain (musique, danse, théâtre, cinéma, arts plastiques, etc.), de même que comme objet de recherche transdisciplinaire (musique et architecture, cinéma et arts plastiques, théâtre et danse, mais aussi arts et sciences).

Ce programme s’intéresse particulièrement aux différents paradigmes du travail collaboratif. Le musicien, l’artiste, l’acteur, l’architecte conçoivent leurs projets de manière dialogique avec un certain nombre d’associés, d’équipiers, de conseillers, constituant un ferment opératoire dans le travail de conception : selon les cas, la collaboration est plus ou moins pluridisciplinaire, et la pluridisciplinarité plus ou moins féconde. Il s’agit donc d’observer les pratiques collaboratives monodisciplinaires et pluridisciplinaires, s’élaborant, se répétant, se renouvelant, s’inventant d’un projet à un autre en fonction des situations et des contextes : collaborer au sein d’un atelier, collaborer en équipe, collaborer au sein d’un collectif, d’un couple, d’une association, d’une troupe, d’un orchestre, collaborer au sein d’une confédération, collaborer par l’écrit, collaborer par l’action, collaborer pour concourir, collaborer pour expérimenter.

Une recherche associée à d’autres programmes et axes du CEAC

- « Art et droit », programme dirigé par Nathalie Delbard

- « Arts et Sciences », axe dirigé par Valérie Boudier et Véronique Goudinoux, comprenant le programme « Sens mineurs » dirigé par Valérie Boudier (CEAC) et Gilles Froger (CEAC/ESÄ)

- « Recherche avec l’art », programme dirigé par Philippe Guisgand (CEAC), devenu DeAR, Dialogues et recherches avec l’art

Structuration de la recherche

Structurée par une articulation avec un séminaire de master et la revue électronique du CEAC déméter, ce programme produit des journées d’étude, des publications, des entretiens avec des artistes, des créations artistiques et des communications scientifiques.

Séminaire de laboratoire / lien de la recherche avec l’enseignement

Séverine Bridoux-Michel, Véronique Goudinoux et Véronique Perruchon

Ce programme est articulé avec un des séminaires du laboratoire du master Arts (« Œuvrer à plusieurs – enjeux des collaborations artistiques contemporaines ») lors duquel ont été préparées plusieurs journées d’étude et effectués plusieurs entretiens avec des artistes travaillant à plusieurs (voir plus bas). En 2018-201 et 2019-2020, les étudiant.e.s inscrit.e.s dans ce séminaire ont été invité.e.s à concevoir et/ou mettre en place une œuvre/pratique/action/performance/etc. pluridisciplinaire. Les arts concernés sont les arts plastiques, le cinéma, le théâtre, la danse, la musique et l'architecture. Les questions débattues dans ce séminaire sont les suivantes : comment travailler et œuvrer à plusieurs dans une perspective pluridisciplinaire ? Faut-il créer un protocole pour œuvrer à plusieurs ? Quels sont les différents régimes de co-création ? Où travailler ? Quelles peuvent être les modalités d’un tel type de création ? L’objectif sera de mesurer si le travail à plusieurs produit des effets esthétiques ou, pour le dire autrement, de tenter de comprendre en quoi les modes et processus collaboratifs de création induisent une transformation dans les registres plastique et esthétique.

 

Numéro thématique de la revue déméter, revue électronique du CEAC / publication d’un numéro :

- Œuvrer à plusieurs. Enjeux d’aujourd’hui, numéro thématique co-dirigé par Séverine Bridoux-Michel et Véronique Goudinoux, 2018

Comité scientifique : Valérie Boudier (CEAC), Séverine Bridoux-Michel (ENSAPL / LACTH/CEAC), Francis Courtot (CEAC), Anne Creissels (CEAC), Véronique Goudinoux (CEAC), Philippe Michel (Université Paris 8 / EA 1572), Véronique Perruchon (CEAC), Marie Preston (Université Paris 8 / EA 4010), Nathalie Stefanov (Esä Nord-Pas-de-Calais/CEAC), Natacha Yahi (CEAC)

Pour en savoir plus : revue Demeter

Journées d’étude

Préparées en collaboration avec le séminaire évoqué plus haut ou bien indépendamment, ce programme a donné lieu depuis 2014 à cinq journées d’étude :

  • « Collaborations entre artistes / 2», CEAC, 7 décembre 2017, Université de Lille : intervenants : Séverine Bridoux-Michel, Véronique Goudinoux, Philippe Michel, Antonio Palermo,
  • « Collaborations entre artistes / 1» CEAC, 9 novembre 2017, Université de Lille : intervenants Séverine Bridoux-Michel, Véronique Goudinoux, Catherine Clarisse, Florian Gaité
  • « Enquête sur les pratiques collaboratives des artistes dans le domaine du théâtre contemporain », MESHS, Lille, 15 mars 2015 (dans le cadre du programme « Art, Travail et Création). Intervenants : Véronique Goudinoux, Véronique Perruchon, collectif tg Stan, collectif Les Possédés, collectif La Datcha
  • « Enquête sur les pratiques collaboratives des artistes dans le domaine des arts plastiques et visuels contemporains », MESHS, Lille, 28 novembre 2014 (dans le cadre du programme « Art, Travail et création »). Intervenants : Anne Boissière, Amanda Crabtree, Véronique Goudinoux, Edwin Janssens, Jan Kopp, Tracy Mackenna, Marie Preston, Véronique Perruchon.
  • « Œuvrer à Plusieurs. Recherche sur les collaborations entre artistes », 9 octobre 2014 (lancement du programme), Campus Arts Plastiques, Tourcoing. Intervenants : Valérie Boudier, Gilles Froger, Véronique Goudinoux, Véronique Perruchon, Nathalie Stefanov

Manifestation associée : Iannis Xenakis, entre les mondes, 2019

Dunkerque, janvier-février 2019 : workshop architecture et musique, exposition, concerts, colloque, actes à venir.

IANNIS XENAKIS, ENTRE LES MONDES

DES SYNERGIES

            La manifestation Iannis Xenakis, entre les mondes a consisté à développer les synergies utiles à la construction d’un réseau fédératif en région Hauts-de-France mettant en lien différentes institutions —Universités et Ecoles Supérieures, laboratoires scientifiques, Fondations, Centre d’archives, institutions locales, associations… ; il s’agissait développer un événement exploratoire lié à la thématique « Xenakis, entre les mondes » et de donner la possibilité à des chercheurs, professionnels, étudiants de s’impliquer dans la réalisation d’un projet collaboratif alliant travail scientifique et travail artistique. Cette manifestation a été notamment soutenue par le Learning center de Dunkerque, la Région Hauts-de-France, l’ESA de Dunkerque, le Conservatoire de Musique et d’Art Dramatique de Dunkerque, les éditions Imbernon, l’Association Architecture et Musique, l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille et le LACTH, l’Université de Lille et le CEAC ; elle s’est déroulée en plusieurs temps, en janvier-février 2019, dans différentes institutions des Hauts-de-France, avec une exposition, un workshop et un colloque scientifique.

http://www.lille.archi.fr/ressources/20676/02/programme_xenakis_entre_les_mondes-a_diffuser.pdf

 

LA THÉMATIQUE

Artiste protéiforme, figure complexe de la création au XXème siècle, architecte et musicien hors normes, Iannis Xenakis (1922-2001) est un de ces « héros ne ressemblant à aucun autre » selon les mots d’Olivier Messiaen. D’origine grecque, Xenakis se revendiquait aussi « citoyen métèque de tous les pays (en art aussi) » (Iannis XENAKIS, 1971). Riche de cette pluralité, il se plaçait lui-même « entre les mondes ». Cette thématique « Iannis Xenakis, entre les mondes » s’est déclinée au sein de la manifestation scientifique, en regard notamment d’un ouvrage de référence mettant en évidence un « entre les mondes » dans le travail de collaboration de Le Corbusier et de Iannis Xenakis (Séverine Bridoux-Michel, Le Corbusier & Iannis Xenakis. Une relation architecture / musique, Marseille, éditions Imbernon, 2018). L’événement scientifique a été construit autour d’un projet fédératif entre institutions, associations, avec un programme d’événements alliant architecture et musique (Workshop architecture/musique, journée d’étude, concerts soutenus par le Conservatoire de Musique et d’Art Dramatique de Dunkerque, performances artistiques réalisées à l’Ecole Supérieure d’Art de Dunkerque mettant en jeu un dialogue entre architecture et musique…). Cette manifestation « entre les mondes » visait ainsi à mettre en évidence le travail et l’héritage artistique d’un homme engagé pour la paix, qui s’émancipe en « errant » d’un territoire à un autre, d’une discipline à une autre. Soixante ans après la réalisation (puis la destruction en 1959) du premier grand manifeste xenakien de cette croisée des mondes, le Pavillon Philips de l'Exposition universelle de Bruxelles 1958, véritable pavillon multimédia avant l’heure, la recherche sur le travail xenakien n’a pas fini d’interroger la question des frontières et de leur franchissement. De l’Architecture à la Musique, de la théorie à la pratique, de l’art à la science, Iannis Xenakis montra l’exemple d’une libre circulation, toujours guidé par les lois de la Nature.

LES RENCONTRES SCIENTIFIQUES

            Les interventions des rencontres scientifiques avaient pour objectif de renouveler les débats quant à la relation entre travail de l’architecte et travail du compositeur, entre espace visuel et espace sonore, sans perdre de vue la question du rapport architecture / homme / nature. Elles visaient notamment à mettre en perspective un « entre les mondes » dans le travail de conception, d’invention, de création non seulement de Iannis Xenakis, mais aussi de toutes celles et tous ceux pour lesquels ce citoyen des mondes peut constituer un modèle.

Calendrier :

Workshop  collaboratif Architecture-Musique / Xenakis, entre les mondes à l’ESA de Dunkerque (site de l’esplanade), réalisé à partir de document d’archives de la collection de la Famille Xenakis :

14-18 janvier 2019, restitution le 18 janvier 2019, conception, représentation et/ou réalisation de voiles, petites structures spatiales et sonores / vidéo / concerts / dispositif scénique / folies d’artistes / travaux collaboratifs en équipes interdisciplinaires d’étudiants de l’ESA de Dunkerque, de l’ENSAP de Lille, de l’Université de Lille (séminaire « œuvrer à plusieurs dirigé par Véronique Goudinoux), du Conservatoire de musique et d’art dramatique de Dunkerque (instrumentarium dirigé par Mahdad Moussazadeh) ; intervenants pour l’encadrement du Workshop : Laetitia Legros, Séverine Bridoux-Michel, Olivier Stalla

Colloque scientifique Architecture-Musique / Xenakis, entre les mondes, Halle aux Sucres de Dunkerque + Concert

05 février 2019 Colloque soutenu par le Conseil Régional des Hauts-de-France / programme scientifique dir. Séverine Bridoux-Michel (Architecte-enseignante ENAP de Lille-chercheure au LACTH-chercheure associée au CEAC), communications (architectes, musicologues, artistes, chercheurs) ;

05 février 2019 (soir) : Concert Alain Damiens soutenu par le Conservatoire de musique et d’art dramatique de Dunkerque

Liens  :

http://www.lille.archi.fr/colloque--iannis-xenakis--entre-les-mondes---5-fevrier-2019-__index--1026593--2067608--2054695--actu.htm

http://www.lille.archi.fr/xenakis--entre-les-mondes---manifestation-scientifique-architecture-et-musique__index--1026593--2070113--2054695--actu.htm

Ce calendrier est en relation avec l’Exposition « Xenakis, entre les mondes » au Learning Center-Halle aux Sucres de Dunkerque 12 janvier-28 février 2019 —  vernissage samedi 12 janvier 2019

L’exposition Iannis Xenakis, entre les mondes

L’exposition « Iannis Xenakis, entre les mondes » a eu lieu au Learning center de Dunkerque dans l’« espace des regards » de la Halle aux sucres, ouvert au public, visible gratuitement par tous. Une équipe a été mise en place pour participer à la mise en place de la scénographie, selon un calendrier défini collégialement. Le commissariat de l’exposition a été effectué par Séverine Bridoux-Michel, soutenu par la Halle aux sucres de Dunkerque, l’Association Architecture et Musique (AAM), les éditions Imbernon et réalisé à l’aide d’un grand nombre de documents d’archives visuelles et sonores (archives Famille Xenakis, de la Cité de l’architecture, la Fondation Le Corbusier, celles de l’INA Nord, INA GRM Paris). Six panneaux thématiques ont été soigneusement réalisés à partir de ces fonds d’archive.

Lien :

https://www.halleauxsucres.fr/agenda/expositions/iannis-xenakis-entre-les-mondes

Le Workshop architecture / musique

            Le Workshop architecture / musique a été réalisé selon un calendrier prédéfini permettant l’élaboration de travaux collaboratifs en équipes interdisciplinaires (concerts, réalisation et diffusion de vidéos, folies d’artistes). Il a été ouvert sur inscription préalable et a permis à 20 participants, étudiants et professionnels, issus de différentes institutions et Universités de participer au projet scientifique en lien avec l’exposition et les différentes rencontres scientifiques. Le Workshop était encadré par Olivier Stalla (compositeur), Laetitia Legros (plasticienne, enseignante à l’ESA) et Séverine Bridoux-Michel (architecte-enseignante à l’ENSAPL, chercheure au LACTH, chercheure associée au CEAC).     

Le colloque Iannis Xenakis, entre les mondes

Auditorium du Learning center-Halle aux sucres, quai Freycinet môle 1, Dunkerque

Comité scientifique : Anne-Sylvie Barthel-Calvet (MCF Musicologie Univ. de Lorraine CRULH EA 3945, chercheure associée Labex GREAM), Séverine Bridoux-Michel (Architecte, Dr esthétique et sciences de l’art, LACTH/ENSAPL, chercheure associée CEAC EA 3587), Véronique Goudinoux (PR Histoire de l’art contemporain Univ. de Lille CEAC EA 3587), Pierre Lebrun (Architecte, Dr Histoire de l’architecture LACTH/ENSAPL), Makis Solomos (PR Musicologie Univ. Paris 8 Dir. MUSIDANSE EA 1572)

Organisation : Séverine Bridoux-Michel (architecte, Dr esthétique et sciences de l’art, chercheure LACTH/ENSAPL, chercheure associée CEAC EA 3587)

Programme du colloque Iannis Xenakis, entre les mondes, mardi 05 février 2019 :

10h00 – accueil Marnix Bonnike directeur du Learning center - ouverture du colloque par Séverine Bridoux-Michel organisatrice de la manifestation

10h30 - Zoé Declercq, Pour une pensée du rythme dans l'œuvre de Iannis Xenakis : réflexions sur un geste créateur "entre les mondes"

11h00 - Pierre Lebrun, Vers une architecture immatérielle

11h30 - Christiane Garnero Morena, Dialogue : Xenakis / Le Corbusier

12h00 - Table ronde Zoé Declercq [Architecte, doctorante Laboratoire Analyse et Architecture (LAA) de l’UCL Belgique] / Pierre Lebrun [Architecte, Laboratoire Architecture Conception Territoire Histoire (LACTH) de l’ENSAP de Lille] / membre de l’Association d’Histoire de l’Architecture (AHA)] / Christiane Garnero Morena [Dr. Histoire de l’Art, ICOMOS France / Patrimoine mondial UICN France] / modératrice : Séverine Bridoux-Michel [Architecte, Laboratoire Architecture Conception Territoire Histoire (LACTH) de l’ENSAP de Lille / Centre d’Etude des Arts Contemporains (CEAC EA 3587) de l’Université de Lille]12h30 – bilan autour du Workshop Xenakis Entre les mondes par Arthur Fredonnet [Architecte]

Pause repas

14h00 - Makis Solomos, Iannis Xenakis : Des sciences de la nature à une musique environnementale ?

14h30 - Guillaume Loizillon, Des frontières, des disciplines et de la perception.

15h00 - Benny Sluchin, Shifra Lipski-Sluchin, La symbolique des titres hébraïques dans l'œuvre musicale de Iannis Xenakis

15h30 Table ronde Makis Solomos [PR Musicologie Univ. Paris 8 Dir. MUSIDANSE EA 1572] / Guillaume Loizillon [compositeur, MCF Musicologie Univ. Paris 8 Laboratoire MUSIDANSE EA 1572] / Benny Sluchin [tromboniste, soliste Ensemble Intercontemporain / CNSNDP / IRCAM / Dr Mathématiques] / Shifra Lipsky [Violoniste, Dir. Association EMuNa]  / modérateur : Philippe Michel [Pianiste, compositeur, MCF Musicologie Univ. Paris 8, Laboratoire MUSIDANSE EA 1572 / Pdt Association Architecture & Musique (AAM)]

16h00 Visite de l’exposition Xenakis Entre les mondes

16h30 - Damien Bonnec, Xenakis : composition et diatopies

17h00 - Alain Bonardi, Les Songes de la nef, un exemple de prise de site musicale d’un lieu patrimonial

17h30 - Luc Bousquet, Cécile Regnault, La Baxen, de l’expérimentation acoustique à l’expérience d’écoute

18h00 - Table ronde Damien Bonnec [Compositeur, doctorant Laboratoire Arts : Pratiques et Poétiques (EA 3208), Université Rennes 2] / Alain Bonardi [Compositeur, MCF-HDR Musicologie Univ. Paris 8 Laboratoire MUSIDANSE EA 1572 / IRCAM] / Luc Bousquet [directeur de la recherche et des partenariats ENSA de Lyon] / modérateur : Pierre Lebrun [Architecte, Laboratoire Architecture Conception Territoire Histoire (LACTH) de l’ENSAP de Lille / membre de l’Association d’Histoire de l’Architecture (AHA)]

18h30 - clôture du colloque Séverine Bridoux-Michel

le mot de la fin Régis Kerckhove directeur du Conservatoire de musique et d’art dramatique de Dunkerque / Marnix Bonnike directeur du Learning center

19h00 – Buffet pour les intervenants avec les musiciens du concert.

20h00 – Concert dirigé par Alain Damiens / programme « Xenakis et ses contemporains » 

Document de synthèse réalisé par Séverine Bridoux-Michel, juin 2019

Publications

Ouvrages scientifiques

- Séverine Bridoux-Michel, Le Corbusier & Xenakis. Un dialogue architecture / musique, Marseille, éditions Imbernon, 2018, 199 p.

- Véronique Perruchon, André Engel. Œuvre théâtrale, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2018

 

- Véronique Goudinoux, Œuvrer à plusieurs. Regroupements et collaborations entre artistes, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2015, 237 p.

Direction / édition scientifique

- Collaboration et co-création entre artistes : duos, groupes, collectifs en arts plastiques du début des années 60 à nos jours, Paris, éditions Canopé, 2017, 120 p. (sous la direction de Véronique Goudinoux).

Articles scientifiques

- Véronique Goudinoux, « Pratiques de co-création et mondes temporaires », in Co-Création, Brétigny / Paris, CAC / éditions Empire, 2019, p. 87-97 (texte également traduit en anglais).

- Véronique Perruchon, « André Engel - Nicky Rieti, une collaboration dans la démesure », in Scénographie, 40 ans de création, Paris, éditions L’Entretemps, 2010 (sous la direction de Luc Boucris, Jean-François Dussigne et Romain Fohr).

- Véronique Perruchon, "Cie 14/20 (Magie Nouvelle) déploiement fractal et constellaire", in Troupes, compagnies, collectifs dans les arts vivants : organisation du travail, processus de création et conjonctures, Paris, éditions L'Entretemps, 2018 (sous la direction de dir. Bérénice Hamidi-Kim et Séverine Ruset).

 

- Ségolène Liautaud, « L’expérience collaborative entre des cinéastes et Michelangelo Pistoletto, dix films performatifs tournés à Turin et projetés à Rome en 1968 », in Œuvrer à plusieurs. Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).  

- Jean-Christophe Gérard, « Binômes et Rhizomes. Deleuze et Guattari : de l’invention d’une écriture impersonnelle et inassignable à la multiplication des usages ». in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 ( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).

- Pascale Riou, « Faire art ensemble : affinités électives et communautés temporaires », in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 ( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).

- Antonio Palermo, « La Démocratie à l’épreuve des lois du plateau : Dario Fo », in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 ( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).

- Natacha Cyrulnik, « Espaces publics et processus de créations partagés par le documentaire », in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 ( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).

- Rodolphe Olcese, « L’image de ce qui vient. Production visuelle collective et remploi d’images partagées », in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 ( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).

- Sarah Mekdjian et Marie Moreau, « in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 ( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60). »

- Pascal Cesaro et Leïla Delannoy, « L’archive en déplacement entre le dedans et le dehors », in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 ( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).

- Philippe Michel, « La question de l’auctorialité partagée en jazz : l’exemple de Miles Davis, in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 ( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).

- Anne Creissels et Sylviane Masson, « La contre-performance : un projet collectif ?, in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 ( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).  

- Nathalie Stefanov, « Delphine Lermite : l’artiste et le laboratoire. Du paysage romantique à l’installation participative », in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 ( http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).

-Séverine Bridoux-Michel, « De l’idée de « forme ouverte » (Oskar Hansen) aux « Permanences architecturales » et « Universités foraines » (Patrick Bouchain) : une filiation de pratiques architecturales collectives », in Œuvrer à plusieurs.  Enjeux d’aujourd’hui, revue déméter, 2018 (http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=60).

- Véronique Goudinoux, "Nouvelles modalités du travail à plusieurs", colloque De l’atelier au laboratoire, Université de Valenciennes, in De l’atelier au laboratoire, Paris, Hermann, 2017 (sous la direction de Catherine Chomarat).

- Véronique Goudinoux, "Hier et aujourd’hui. Enjeux des pratiques collectives", in artpress 2, La Création à plusieurs : duos, collectifs, et plus si affinités, n° 40, février/mars/avril 2016, p. 6-12.

- Véronique Goudinoux, "Collaborating and Participating: A Connection Worth Examining", in Praticables, Cambridge, The MIT Press – éditions du CNRS, (sous la direction de Samuel Bianchini et Eric Verhagen),  2016, pp. 253-264.

- Véronique Goudinoux, "Rite, jeu de fête. Pierre Huyghe et Jeremy Deller", in Déméter, 2015, revue électronique du CEAC. URL http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=518

Entretiens

Roxanne Camus, Antoine Griffit, Véronique Goudinoux, Caroline Lamarque, « Entretien avec Marie Preston », in revue déméter, 2016 (http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=575)

 

Bérénice Becquet, Aneffel Kadik, Véronique Goudinoux, Claire Walkowski, « Entretien avec Louise Hervé et Chloé Maillet », in revue déméter, 2016 (http://demeter.revue.univ-lille3.fr/lodel9/index.php?id=592)

 

 

Communications relevant du programme « Collaborations entre artistes »

- Véronique Goudinoux, Pratiques de co-création contemporaines, Les Sables d’Olonne, Musée de l’Abbaye Saint-Croix, mars 2019.

- Véronique Goudinoux, nombreuses communications dans le cadre de de formations auprès de collègues en collèges et lycées dans les académies de Rouen, Paris, Versailles, Nice, Marseille et Lille, 2018 / 2019

- Véronique Goudinoux, « Œuvrer à plusieurs », cycle Ecole du Louvre, Roubaix, Musée d’art et d’industrie André Diligent, novembre/décembre 2018

- Véronique Goudinoux, "Innovations, résistances et coopérations", in Les collectifs d’artistes aujourd’hui, colloque de la FRAAP (Fédération des réseaux et associations des artistes plasticiens), Paris, Ecole nationale supérieure des beaux-arts, 2 décembre 2017

- Véronique Goudinoux, "Œuvrer à plusieurs", in Voisinons !, journée d’étude du laboratoire Discontinuités – UFR de géographie, Université d’Arras, table ronde, 10 octobre 2017 (sous la direction de Claire Tollis)

- Véronique Goudinoux, "Pratiques contemporaines de co-création", journée d’étude, Centre Georges Pompidou, Paris, 5 octobre 2017

- Véronique Goudinoux, "Collaborations entre artistes", Rouen, Lycée Flaubert,  21 septembre 2017

- "Collectifs et pratiques de co-création", in séminaire de recherche de Séverine Bridoux-Michel, Lille, Ecole nationale supérieure des beaux-arts et du paysage, mars 2017

- Véronique Goudinoux, "Pratiques artistiques collaboratives : enjeux et débats », in séminaire international Manufactories of caring Space and Time, Metz, Fonds Régional d’art contemporain, 3 mars 2017

- Séverine Bridoux-Michel, « Initiation à la recherche et pratiques collaboratives » communication dans le cadre des « 1ères rencontres sur l’enseignement : Pédagogies coopératives en architecture » Réseau SUD—Situations Urbaines de Développement,  Cité de l’architecture et du patrimoine, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication / Centre SUD, laboratoire LAVUE-UMR CNRS 7218), 18 novembre 2016.

- Séverine Bridoux-Michel, « Modèles théoriques et altération de modèles : collaborer pour expérimenter. Opéras et Philharmonies du 21ème siècle : projets réalisés et non-réalisés », Journée doctorale de l’Ecole Chaillot « la notion de modèle en architecture : de l’antiquité à nos jours », Cité de l’architecture et du patrimoine/Université Paris 1 Sorbonne, Paris, 14 octobre 2016.

- Séverine Bridoux-Michel, “Architecture et musique, construire le vivre ensemble”, Université libre Delphes - service patrimoine mémoriel de la ville de Bobigny, le 13 février 2016.

- Véronique Goudinoux, "Regroupements et collaborations entre artistes", in programme de recherche « Patch ! Collectifs d’artistes », Bruxelles, ISELP, 16 décembre 2016

- Véronique Goudinoux, « Pratiques artistiques et de co-création », in séminaire Héritages et modalités des pratiques artistiques de co-création » Université Paris 8 (AIAC-Teamed) / Paris, Villa Vassilieff, 17 mars 2016

- Mélanie Clément-Fontaine  « La création collaborative : enjeux juridiques et expériences artistiques », 15 décembre 2015, MESHS, Lille (dans le cadre du programme Art et droit » du CEAC dirigé par Nathalie Delbard)

- Véronique Goudinoux, "Pratiques artistiques collaboratives », in séminaire Héritages et modalités des pratiques artistiques de co-création » Université Paris 8 (AIAC-Teamed), Vitry sur Seine, MAC VAL, Musée d’art contemporain, 5 décembre 2015

- Véronique Goudinoux, "Nouvelles modalités du travail à plusieurs", in  colloque De l’atelier au laboratoire : inventer la recherche en art et design, laboratoire Calhiste, Université de Valenciennes,  2 avril 2015 (sous la direction de Catherine Chomarat)


Créations artistiques théorisées

→ MUba Remix, Tourcoing, Musée des Beaux-Arts, Eugène Leroy, 24-25 novembre 2016

Atelier de recherche en arts plastiques et visuels avec Tracy Mackenna & Edwin Janssen, artistes et chercheurs au Duncan of Jordanstone College of Art & Design, University of Dundee, Ecosse

Erasmus the Clown, a Gathering, Rotterdam, 9-10 novembre 2015

Atelier de recherche en arts plastiques et visuels avec Tracy Mackenna & Edwin Janssen, artistes et chercheurs au Duncan of Jordanstone College of Art & Design, University of Dundee, Ecosse

-        9 novembre 215, TENT Art Center, Rotterdam : propositions d’expositions sur le thème de la sculpture dans l’espace public

-        10 novembre, Chabot Museum, Rotterdam : restitution des propositions


Productions artistiques

Vagabond Flux : commande et création en 2014 du dispositif Vagabond Flux / Développement à partir de 2015 d’un partenariat de recherche-action mené depuis avec l'Université de Dundee (UK), en particulier avec le Master 'Art, Society et Publics' dirigé par Tracy Mackenna (https://www.dundee.ac.uk/study/pg/art-society-publics/)

Performances / Incorporer le texte : dans le cadre du cycle de performances proposé par Anne Creissels et Nathalie Delbard, avec la participation des programmes du CEAC « Art et droit », « Recherche avec l’art » et  « Collaborations entre artistes » :

  • Annie Vigier et Frank Apertet, Les gens d’Uterpan, 24 mars 2016, LaM, Villeneuve d’Ascq
  • Patrick Bernier et Olive Martin, avec Sébastien Canevet et Sylvia Preuss Laussinotte, X. et Y. c. Prefet de…, Plaidorie pour une jurisprudence, 28 janvier 2016, LaM, Villeneuve d’Ascq
  • Louise Hervé et Chloé Maillet, Le phalanstère de Mars, 26 novembre 2015, LaM, Villeneuve d’Ascq

Objectifs du programme : déplacer les perspectives et interroger les enjeux des nouvelles pratiques collaboratives

Déplacer les perspectives et interroger les enjeux des nouvelles pratiques collaboratives

Aujourd'hui, en particulier dans les pays anglo-saxons, dans le champ des arts plastiques et visuels, les pratiques artistiques de co-création, de coopération ou de collaboration sont bien souvent analysées à la lumière de postulats qui en orientent l'interprétation, l'un des plus courants étant qu'elles détiendraient un potentiel émancipateur permettant l'émergence de sujets autonomes, ou encore qu'elles agiraient dans une sphère pensée a priori critique ou politique. Ces approches ont suscité diverses discussions, telles celles menées par Claire Bishop (2006), Véronique Goudinoux (2015) ou encore Marie Preston (2016). Ce programme se propose de déplacer les perspectives et d'interroger les enjeux au cœur de ces œuvres ou de ces pratiques en les interrogeant à l'aune d'autres prismes. A titre d'exemple, et en s'appuyant sur des analyses précises d'œuvres ou de pratiques à plusieurs, il se donne pour objet d’examiner les modalités concrètes des pratiques à plusieurs (leurs éventuels protocoles de création), les nouvelles économies collaboratives en regard des conceptions contemporaines du travail, le choix de certains de travailler dans l'espace public, les nouvelles formes de sociabilité inventées par les artistes, les relations complexes instaurées par certains collectifs d'artistes entre institutions artistiques publiques et lieux privés, la dimension plastique et esthétique des travaux proposés, les spécificités des pratiques artistiques collaboratives hors des scènes artistiques occidentales ou encore la part relativement importante prise dans ce cadre par les artistes femmes travaillant à plusieurs.

Analyser les collectifs contemporains pour en saisir les enjeux esthétiques

Toute création scénique et précisément théâtrale est le fruit d’un travail collectif, ce dont témoigne l’association historique du mot théâtre à celui de « troupe » : on parle volontiers de « troupe de théâtre » pour évoquer une large palette allant de l’Illustre théâtre de Molière, à la « famille » de Jean-Luc Lagarce, qui oppose la famille choisie à la famille biologique. Le théâtre est peuplé de ces vocables qui redéfinissent les « affinités électives », pour reprendre les mots de Goethe. Les mouvements libertaires et contestataires issus de la révolte de mai 68 réactualiseront l’idée même de création communautaire. On verra fleurir de part et d’autre de l’atlantique, et un peu partout en Europe des expériences collectives associées aux idéaux sociaux-politiques en vogue. Ces communautés artistiques renouvellent non seulement les modes de création et les esthétiques, mais aussi leurs propres modes de vie quotidienne autour d’une cause commune dont la création scénique n’est que la partie visible. En France, le Théâtre du Soleil d’Ariane Mnouchkine, créé en 1964, reste une des figures mythiques, encore aujourd’hui en activité. Car il s’agit bien de mythes, véhiculés par leur propre histoire autant que par celle de l’histoire du théâtre qui se plaît à voir dans ces expériences un âge d’or du théâtre occidental. Ces principes de travail collaboratifs produisent beaucoup de préjugés ou de fantasmes qu’il convient de regarder avec un esprit critique qui peine à se réaliser tant l’attraction empathique qu’ils produisent est forte. Néanmoins, depuis quelques années, on assiste à une nouvelle explosion de jeunes collectifs dans le paysage théâtral. De plus en plus d’artistes de la scène s’affichent comme « collectifs » et imposent par là un renouvellement du théâtre. Ce mouvement n’a pas échappé à la presse spécialisée ni aux universitaires qui ont dédié nombre d’articles, numéros de revues et publications sur le sujet.

Observer les modes de fonctionnement de ces collectifs, à partir d’hypothèses et à la recherche d’autres, permettra de mieux comprendre ce phénomène actuel. On peut s’intéresser aux supports administratifs qui structurent les collectifs, car cette donnée n’est pas étrangère à l’esthétique. (Le modèle communément adopté de la loi 1901, est-il le plus adapté à l’horizontalité recherchée, par exemple ?) Il conviendrait de mettre les réalités de ces collectifs en regard de leurs aspirations. Mais il importe dans le cadre de cette étude d’observer les esthétiques produites par ces nouveaux collectifs. En quoi les formes et les genres s’en trouvent-ils questionnés ou remis en cause ? En quoi l’occupation du plateau en est-elle modifiée ? le rapport au public et la réception transformés ? Le travail en collectif modifie-t-il le résultat ? Comment ces équipes d’acteurs souvent d’âges égaux s’emparent-elles du théâtre ? Quels modes de jeu cela génère-t-il ?

Dans d’autres cas, la mobilisation de partenaires inédits (notamment scientifiques) et l’alchimie des composantes technologiques avec celles de la tradition, s’accordent autour d’un projet artistique. Comment cette alchimie humaine et technologique révèle-t-elle une nouvelle forme d’inscription du théâtre dans les champs culturels actuels ? Que projette-t-on, de part et d’autre de la salle et du plateau sur ces collectifs ? Quelles sont les attentes ? Les « horizons d’attentes » pour reprendre la formule de Hans Robert Jauss ? Quelle en est la finalité ? Pour quelle cause ? En quoi, ces collectifs de la troisième génération de femmes et hommes de théâtre, sont-ils révélateurs d’une nouvelle époque théâtrale ? L’objectif est de décrire et d’analyser ces collectifs actuels à travers leurs créations pour en saisir les enjeux esthétiques.

Co-responsabilité, co-conception, co-innovation : la question de l’auctorialité

Œuvrer à plusieurs (Véronique Goudinoux, 2015) pose la question de l'œuvre, dans les différents domaines de l’art. Les notions de co-responsabilité, de co-conception, de co-innovation sont bien sûr à prendre en compte du point de vue du cadre juridique de l’œuvre, du projet (Jean-Jacques Terrin, 2014). Mais la question se pose avant tout du point de vue esthétique. On peut à ce propos convoquer la notion d’œuvre ouverte d’Umberto Eco, tout à fait adaptée à la réflexion sur les pratiques collaboratives architecturales et urbaines contemporaines, dans le prolongement des domaines artistiques abordés par Eco à l’époque de la publication de L’œuvre ouverte (1962). En quoi l’artiste, mais aussi l’habitant, l’usager, l’interprète, le consommateur, le spectateur collaborent-ils, participent-ils à « l’œuvre » ? Quels types de responsabilité(s) ont-ils dans le projet ? Se pose ici bien-sûr la question de l’auctorialité, bien connue dans le domaine du cinéma ou de la musique (de certaines musiques du moins).

Dans le domaine de l’architecture, toute création est également le fruit d’un travail collectif. Le principe de la collaboration constitue une condition intrinsèque du métier d’architecte. En tant que groupement (loi MOP de 1985), la « maîtrise d’œuvre » prend en compte dans le travail de conception diverses disciplines, divers intervenants (architecte, paysagiste, économiste, ingénieur, technicien, acousticien, scénographe, designer, artiste, etc.). L’ambition des architectes de fonder de nouveaux types de structures, de se développer en collectifs, voire même en réseaux, semble apparaître sous des formes multiples en ce début du XXIème siècle. La jeune génération d’architectes n’exprime plus aujourd’hui les mêmes besoins de renouvellement que celle des années 1960 quant aux modes traditionnels de fonctionnement en « agence » ou en « atelier » ; les réflexions sur le travail en équipe menées en France au sein de structures coopératives — comme par exemple celle de l’AUA dans contexte du début des années 1960 — participaient cependant déjà à l’idée d’inventer de nouveaux modes de collaboration (Georges Loiseau, revue Forum, 1962). Associations et structures coopératives se multiplient actuellement sur le territoire français, mais aussi sur un territoire international, avec notamment des regroupements d’architectes, de paysagistes, de techniciens, d’écrivains et d’artistes qui semblent pourtant toujours œuvrer en parallèle, en conservant leurs identités disciplinaires. On peut constater que « l’avènement du transmedia et du collaboratif y compris dans les pratiques “savantes” (création multimedia, pratiques théâtrales contemporaines, etc.) » (Pôle des arts urbains, 2015) donne davantage de visibilité à l’action collective. Faire à plusieurs, collaborer « en chœur », est-ce pour autant signifier la démythification de l’auteur ?